• English
  • Français
 

Les corps construits de toutes pièces par Roger Gremo sont le reflet d'une pensée mesurée sur les comportements sexuels et pathologiques, sur leurs définitions et perceptions au sein de la société. La matérialité anatomique de ces sculptures à échelle humaine met plus largement en question notre tolérance individuelle quant aux différentes conceptions et utilisations du corps, mais également notre rapport collectif à l'identité sexuelle entendue comme construction sociale. En ce sens, les œuvres de Gremo n'interrogent pas tant la possibilité d'une déviance chez un individu que la nature de la pathologie psycho-sexuelle propre à chacun.

La portée à la fois connotative et pratique des matériaux employés rejoint cette volonté d'aborder la problématique du corps fonctionnel/dysfonctionnel. À partir d'un squelette formé de morceaux de métal et de bois, l'artiste compose peu à peu les différentes parties du corps humain en utilisant divers objets, dont des vêtements et accessoires de sport usés, des prothèses et des sous-vêtements, pour ne nommer que les plus communs. À la manière d'un chirurgien, Gremo coud le corps autour du squelette - jusqu'à 10 000 points cousus à la main - et produit ainsi des membres articulés, parfois incomplets, souvent très souples, comme en témoigne la flexibilité de certaines figures. Les postures peuvent toutefois rappeler des positions forcées ou du moins difficiles, évoquant la situation d'une victime sous pression. La répression du corps, sous toutes ses formes, devient ainsi un sujet de premier plan. Cela est d'autant plus important pour l'artiste que « les notions de victime et d'instigateur seront toujours pertinentes en regard aux enjeux sociaux contemporains et futurs, et devraient continuellement faire l'objet d'investigations.»

Aseman Sabet
Salle 2
  • ROGER GREMO
THE BODY AND "SURGERY OF DESIRE"

EXPOSITION /
6 MAI AU 12 JUIN, 2010