• English
  • Français
 

JULIA ROMETTI, STEFAN NIKOLAEV, GEMMA SHEDDEN, ÉRIC FROST TABUCHI

INSTALLATION EN COLLABORATION AVEC LA GALERIE GLASSBOX, PARIS

DE GLASSBOX OU L’ART DE MENER UNE DOUBLE VIE

Si le réseau de diffusion de l’art qui se fait est assuré depuis plusieurs années déjà au Québec en grande partie par les centres d’artistes autogérés – dont nous sommes –, ce type d’organisation est un phénomène récent dans le paysage culturel de plusieurs villes européennes. À Paris, avant le milieu des années 1990, on ne pouvait compter en effet que sur la bonne volonté des galeries, et de quelques institutions (Musée d’art moderne de la ville de Paris, Centre Georges Pompidou, Fondation Cartier) pour voir exposée la production des talents émergents.

Cette lacune, dans le réseau de diffusion de l’art contemporain à Paris, allait être partiellement comblée en 1997 par la fondation de l’espace GLASSBOX, un lieu d’exposition permanent, indépendant des institutions artistiques traditionnelles et géré exclusivement par des artistes (le lieu compte aujourd’hui un commissaire d’exposition dans ses rangs).

Structure de la « transparence », lieu de passage favorisant les échanges entre l’intérieur et l’extérieur, GLASSBOX se donne pour mandat d’offrir une vitrine aux artistes de la relève dont les pratiques reflètent la multiplicité des formes d'expression de l’art actuel. Privilégiant également le développement de structures d’échange avec d’autres organismes (l’espace parisien accueillera quatre artistes membres de Clark à l’automne 2002), GLASSBOX a adopté, depuis sa formation, le parti pris de ne présenter le travail de ses membres « artistes/gestionnaires » que hors les murs. D’où l’idée du titre DOUBLE VIE pour illustrer la duplicité de l’engagement dans leur milieu des quatre participants à ce projet, qui endossent (par nécessité ?), alternativement les rôles d’artistes et de programmateurs/gestionnaires.

Les oeuvres présentées dans le cadre de ce projet ont toutes été conçues et réalisées à Montréal. Pour ces artistes, qui s’intéressent particulièrement aux pratiques contextuelles et de situation, l’expérience de l’«ailleurs» devient matière première d'inspiration et se fait l’occasion de remettre en cause les processus de recherche, de production et de présentation.

debna

 

Julia Rometti
Le travail photographique de Julia Rometti se développe autour de l’idée de ce qu’elle appelle des « retours de performance ». Documents-témoins de « happenings » opérés dans l'isolement, ses images deviennent métaphoriquement des symboles de résistance face à l'emprise obsédante des jours. Par ses tentatives de détournement, l’artiste s’expose à l’errance du désir. Ce travail qui se situe en porte-à-faux entre territoires de force et de fragilité interroge les lieux de l’existence. Julia Rometti est membre de GLASSBOX depuis 1999.

Stefan Nikolaev
La notion de durée est un thème récurrent dans le travail de l’artiste bulgare Stefan Nikolaev, membre fondateur de Glassbox. Utilisant des médiums aussi variés que l’installation, la sculpture, la photographie ou la vidéo, Nikolaev échantillonne et isole des gestes banals issus du réel pour leur donner un caractère évènementiel. Avec la pièce murale qu’il réalise à la galerie Clark, l’artiste explore les tensions que sous-tend notre rapport à la temporalité en soulignant des états de présence et d’absence au moyen de la narration.

Gemma Shedden
Les interventions de Gemma Shedden s’inspirent du contexte spatial dans lequel elles s’inscrivent. Son travail s’élabore à partir du concept binaire structure/ornement et joue sur les idées de prolongement et de contraction des formes dans l’espace. À Clark, l’artiste désire « s’appuyer » sur la colonne située au centre de la grande salle d’exposition en tant qu’élément charpente de l’espace, de manière à créer un lien entre les éléments constitutifs de la galerie. Originaire de Londres, Gemma Shedden est membre fondatrice de Glassbox.

Eric Frost Tabuchi
Le travail de Eric Frost Tabuchi propose une réflexion sur la fascination qu’exerce la culture nord-américaine sur l’imaginaire des peuples à travers le monde et en particulier en Europe. Conçue à partir de signes appartenant au registre du banal, cette installation comportant trois pièces aborde les thèmes d’identité, de liberté et de solitude. Sans prétendre a une approche critique ou ironique, il pose un regard distancié sur quelques mythes entretenus autour de cet « ailleurs meilleur » désiré et fantasmé, cet ailleurs miroitant tous les possibles. Eric Frost Tabuchi est membre de Glassbox depuis 1999.

Galerie
  • JULIA ROMETTI
  • STEFAN NIKOLAEV
  • GEMMA SHEDDEN
  • ÉRIC FROST TABUCHI
DOUBLE VIE

EXPOSITION /
25 OCTOBRE AU 2 DÉCEMBRE 2001