• English
  • Français
  • MATHIAS TUJAGUE | KARST
    MATHIAS TUJAGUE | KARST
 

Première édition d’un projet d’échange international entre Montréal et Bordeaux.

Cette résidence croisée est le fruit d’une collaboration entre le centre CLARK et l’association Zebra3/BuySellf située à Bordeaux. Le but de ce partenariat est d’offrir aux artistes des conditions de production très avantageuses mais aussi de leur donner l’opportunité de développer des contacts et une visibilité internationale.

En mars 2012 nous reçevrons un artiste bordelais qui aura accès à l’atelier de résidence et à l’atelier de bois pour réaliser une œuvre ou un corpus d’œuvres pendant huit semaines. Cette résidence sera suivie d’une exposition de cinq semaines à la galerie CLARK.

La pratique de Mathias Tujague, qui mêle l’installation et la production d’objets sculpturaux, se dirige résolument vers la création de situations et d’environnements à expérimenter. Afin d’attirer l’attention sur des objets du quotidien somme toute banals, il les reproduit en misant sur des changements de matériaux et d’échelle qui, tout en leur soutirant leur fonctionnalité, leur donne une présence différente. Bien que le faire soit très important dans sa démarche, très peu de traces témoignent du côté artisanal de ses œuvres qui paraissent réalisées de manière industrielle. Invité dans le cadre de la première résidence croisée entre CLARK et l’association Zébra3/BuySellf de Bordeaux, Tujague a développéKARST, un projet qui témoigne de sa nouvelle approche, spécialement conçu pour la petite galerie.

KARST est inspiré par la grotte de Naïca, milieu naturel découvert en 2000 par des mineurs d’une petite ville du Mexique. Située à 300 mètres sous une montagne, au centre d’une région désertique, la grotte contient les plus grands cristaux de gypse jamais vus dont certains font près de treize mètres de long. Plusieurs personnes l’ont rapprochée du lieu décrit par Jules Verne dans son roman de science-fiction Voyage au centre de la terre (1867), parallèle qui ajoute à son côté mystérieux.

Souhaitant évoquer le contenant – la grotte – par son contenu – les cristaux, et ce, sans modifier les paramètres de la salle, Tujague mise sur l’installation de structures hexagonales irrégulières qui traversent la galerie et obligent le spectateur à adopter, pour se déplacer, le même type d’attitude que s’il se trouvait réellement dans la grotte : mesurer l’espace qui se trouve entre les structures afin d’évaluer s’il peut ou non s’y faufiler, se pencher, etc. Puisqu’il est impossible de rester très longtemps à Naïca en raison du taux d’humidité et de la chaleur qui en rend le climat presque insupportable, tout un système d’enregistrement et de captation de données a dû être développé pour étudier ce milieu et en maintenir une trace virtuelle. Cet aspect fait écho au processus de l’artiste, qui navigue constamment entre le virtuel et le réel, chacun de ses projets comprenant toujours une étape de modélisation 3D. C’est le défi de transposer, dans l’espace réel de la galerie, la structure élaborée de manière virtuelle en acceptant les pertes d’information et les modifications que ce passage implique, qui nourrit sa démarche. Une épuration et une simplification se jouent à ce stade de la production, où seules les caractéristiques essentielles des formes sont maintenues. En résulte un environnement qui paraît étrangement cartésien alors qu’aucune des structures qu’il contient n’est identique. Avec KARST, Tujague répond de manière poétique au problème de conservation de cette grotte en permettant en quelque sorte au spectateur d’en faire l’expérience, bien que les différentes transpositions qu’il fait subir au site naturel introduisent évidemment un décalage entre l’original et sa reproduction.

Anne-Marie St-Jean Aubre


 

Le travail de Mathias Tujague tourne autour de la production d’objets, d’assemblage de formes issues du quotidien et appartenant à une communauté. Il produit des objets, qui, soustraits à leur environnement premier, et dénués de leur fonctionnalité de départ, ne font plus référence qu’à eux-mêmes. Une certaine ambiguïté réside cependant dans le fait que ces objets sont représentés pour ce qu’ils sont, mais perçus pour ce qu’ils suggèrent. C’est dans leur absence de pouvoir (faire) que s’affirme leur présence, leur manière d’être, de coexister à nouveau.

L’exposition de Mathias Tujague est présentée avec le soutien du Service de Coopération et d’Action Culturelle du Consulat Général de France à Québec. 

Mathias Tujague
Zébra3/BuySellf
Bodeaux
Région Aquitaine

Institut Français

Salle 2
  • MATHIAS TUJAGUE
KARST

EXPOSITION /
3 MAI AU 9 JUIN, 2012


PRÉSENTATION D'ARTISTE /
SAMEDI, 5 MAI, 16H30