• English
  • Français
  • SIGGA BJÖRG SIGURDARDOTTIR | PARRICIDE PARK
    SIGGA BJÖRG SIGURDARDOTTIR | PARRICIDE PARK
 

L'expression troublante d'un langage iconographique dense et contenu émane de l'œuvre de l'artiste islandaise Sigga Björg Sigurdardottir. 

Basé sur la peinture, le dessin et l'écriture, son travail, élaboré in situpour l'exposition à CLARK, révèle les activités et la vie curieusement onirique de personnages ayant l'apparence de trolls. Une série de représentations montrent de petits événements « anodins et banals » où, d'image en image, les êtres réapparaissent - ici, tournés vers le spectateur, le regard vide, ailleurs, le visage « enfoncé » dans une pelisse et, plus souvent qu'autrement, accompagnés de la trace d'étranges liquides ou de marques de violence. Les images cumulées évoquent à la fois le récit plus ou moins déchiffrable de leur vie, l'existence de leur histoire et de leur culture, et leur auto-immolation. 

Souvent acéphaliques ou autrement morcelés, les créatures de Sigurdardottir évoquent diverses figures monstrueuses telles que le roi Ubu de Jarry, les personnages insatiables de Rabelais et, bien sûr, ceux des légendes qui hantent tant de pays de l'Europe du Nord.

Toutes manifestent leur présence dans ces images sans pourtant que l'on puisse vraiment les identifier. Ce qui saisit surtout ici, c'est le rendu étonnamment étrange et ambigu de ces créatures. Celles-ci renvoient à toute une gamme d'approches expressionnistes, tout comme aux dessins animés du samedi matin, ce qui les rend particulièrement inquiétantes - comme les monstres de notre enfance cachés dans le placard -, et dont l'effet renforcé par la présentation d'une courte animation dans le cadre de l'exposition.

C'est, en somme, cette récognition qui donne le pouvoir aux bêtes de Sigurdardottir de nous ébranler : trop réelles, trop familières, celles-ci ne peuvent être si facilement rejetées, reléguées au mythe, à la littérature ou à l'histoire. De fait, par leur violence systématique, leur faim inassouvissable, leur histoire sans issue, sans fin heureuse, voire par leur morcellement, elles représentent notre double, la part sombre de nous-même.

Texte Peter Dubé
Traduction Nathalie DeBlois

Sigga Bjorg Sigurdardottir est une artiste islandaise vivant actuellement en Grande-Bretagne. Son travail inclut le dessin, la peinture et le texte. L'artiste crée souvent des œuvres directement sur la surface des murs d'exposition et c'est ce qu'elle compte faire en partie à CLARK, ce qui implique sa présence en chair et en os à Montréal. Elle viendra donc travailler sur place une dizaine de jours avant le vernissage et déploiera une fresque murale intégrant les éléments architecturaux de la galerie. Selon l'artiste, le résultat mettra en scène une situation à la fois belle et horrible, sans résolution, sans happy end.

Sigga Björg Sigurdardottir est née en Islande et vit au Royaume-Uni. Elle détient un M.A. de Glasgow School of Art. Elle a présenté son travail dans de nombreuses expositions individuelles et collectives, dont récemment à BOX Gallery, à Akureyri, en Islande et à The County Hall Gallery, à Londres, au Royaume-Uni.
Salle 2
  • SIGGA BJÖRG SIGURDARDOTTIR
PARRICIDE PARK

EXPOSITION /
4 MAI AU 17 JUIN, 2006