• English
  • Français
 

Zipertatou est un «état d’esprit » animé par Jean-Philippe Thibault où le monde est exprimé et perçu à travers le regard d'un enfant de moins de 6 ans. L'univers étrangement enfantin de Zipertatou est peuplé de marionnettes, de toutous, et d'images tellytubbesques. L'installation présentée à Clark est composée d'objets et de photographies relatant une partie hockey «douce et amicale». L'artiste vient tout juste de terminer une Maîtrise en arts visuels à l'UQAM.

Le travail de Jean-Philippe Thibault nous plonge de plein pied dans le monde de l’enfance. Son projet piratou plein pain combine une série de photographies et de courtes vidéos qui présentent des scènes narratives fictionnelles évoquant l’univers des séries télévisées de notre enfance. Ce travail peuplé de personnages colorés et d’étranges marionnettes renvoie à un monde burlesque, voire grotesque, à la fois familier et lointain où cohabitent indifféremment le réel et l’irréel.

Nourris des peurs, des peines et des joies les plus anciennes incarnées hier par telle ou telle princesse, tel ou tel pirate, les projets de Thibault se nichent au creux d’un territoire intérieur imprécis mais bien réel où coexistent l’enfance et l’âge adulte. L’attitude ludique ici mise en œuvre ne signale aucune opposition. Elle ne cherche ni à exprimer une critique ni à parodier un monde adulte rigide et oppressant, mais tend plutôt à renouer avec un état sensible lié à l’enfance, soit un état d’innocence jubilatoire, voire euphorique, dans une perspective de réactualisation. Cet état, désigné sous l’appellation « zipertatou », se trouve à la source du processus créatif de Thibault et constitue le thème central de sa recherche.

Arborant un délire poétique débridé, ce travail met en lumière une perte tragique qui s’opère insidieusement quelque part dans notre parcours individuel et collectif : la perte de cette faculté d’errance délibérée et dénuée de tout souci de finalité.

debna

Jean-Philippe Thibault est en voie de terminer sa maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Il a déjà participé à plusieurs expositions, notamment à la Maison de la Culture Notre-Dame-de-Grâce en 2001, à la galerie VAV en 2000 et à l’Œil de poisson en 1998.

L’artiste tient à remercier : mirliflore, Dominique Toutant, Antoine Pelletier, Sébastien Dubé, Jean-Thomas Jobin, Vincent Léonard, Paul Litherland, Monique Régimbald-Zeiber et Pierre Gosselin.

Galerie
  • Jean-Philippe Thibault
PIRATOU PLEIN PAIN

EXPOSITION /
27 FÉVRIER AU 5 AVRIL 2003