• English
  • Français
 

Le travail de Manuela Lalic aborde l’installation par un mode d’accumulation boulimique. Pour son nouveau travail, cette artiste entreprendra la confection de centaines de bateaux et d’avions en papier journal. La présentation tiendra compte du processus de fabrication, en caricaturant le modèle de la chaîne de montage. En plus, l’artiste soulignera l’architecture austère de CLARK par l’ajout de plinthes afin de former l’ouverture d’une imposante porte d’où émergeront des excroissances organiques.

Manuela Lalic s'inspire d'objets et de matières trouvés dans son environnement quotidien pour créer des structures évoquant le développement chaotique de notre système d'organisation sociale, tout axé sur la production et la consommation à outrance. Ses sculptures et installations in situ s'attachent à décrire des états transitoires, d'auto-organisation ou de coévolution avec leur environnement. Simples et complexes à la fois, ses dispositifs prennent forme sans plan d'ensemble apparent. Et pourtant, chacun d'eux s'inscrit dans une logique d'organisation qui lui est particulière.

Avec Rationaliser une fin de party, Lalic dévie légèrement de l'articulation empirique, dense et compacte de l'espace auquel elle nous a habitué dans ses réalisations antérieures au profit d'une structure plus rationnelle, où les vides créent les volumes. Une pellicule de plastique aux motifs carottés circonscrit l'espace autour d'une organisation de grilles en métal dans lesquelles s'agencent des ballons gonflés et des plumes de paons. Des plateaux comblés d'articles et de denrées à caractère douteux complètent cette installation qui, comme son titre l'indique, propose d'organiser les restes et le vide d'une fin de party.

Manuela Lalic multiplie ici les références hétérogènes. De fait, deux imaginaires contradictoires interagissent dans Rationaliser une fin de party : celui de la vie organisée, rationnelle, compartimentée et réglée ; celui de la vie chaotique, imprévisible, capricieuse et démesurée. Avec une joyeuse désinvolture, ce travail souligne le contraste paradoxal entre la volonté de la société rationnelle de construire son avenir (en le prévoyant) et le sentiment généralisé d'une incertitude croissante. On y retrouve les thèmes de prédilection de l'artiste, comme la coexistence de l'ordre et du désordre, les aberrations du trop plein, les marques d'excès, de dégénérescence et de suradaptation.

NdeB

Manuela Lalic est originaire de France. Depuis 1997, elle vit et travaille à Montréal. Elle possède à son actif de nombreuses expositions individuelles et collectives (Québec, Canada, France, Allemagne, Belgique et Liban). Pour l'année 2005, elle prépare notamment deux expositions collectives (Galerie Saw de Ottawa et Galerie G-39 en Angleterre). En 2002, elle était récipiendaire de la bourse Duchamp-Villon.

Manuela Lalic remercie chaleureusement Pedram Pirnia, Marie Andrée Rho, Gabrièle Fontana, Jacko Restikian, Bernard Rouleau ainsi que le collectif de la Galerie Clark. Elle dédie cette exposition à Alexeï, Marion et Claire. Elle remercie aussi le Conseil des arts et des lettres du Québec.

Salle 1
  • MANUELA LALIC
Rationaliser une fin de party

EXPOSITION /
5 MAI AU 18 JUIN 2005