• English
  • Français
 

Retour en solo de ce photographe apres 7 ans d’absence à Montréal. Paiement nous propose une vision du monde à vol d’oiseau, dans une nouvelle série où le précaire, l’humain est mit de l’avant. 

-----------------------------

À priori, c’est simple comme en géographie : on balaye photographiquement le territoire du haut d’un avion ou d’un satellite sur la base d’un découpage cartographique minimal en s’assurant que le plan-film soit toujours positionné parallèlement à la surface photographiée. Ici, l’étendue observée est plus immédiate. J’ai fait des images de sols où j’ai marché. Les prises de vue sont méthodiques, mais en cours de route, j’ai tergiversé entre rigueur documentaire et émotion non raisonnable face à quelques sujets photogéniques. Ils étaient simplement là où je me suis trouvé à ce moment du parcours. Sans chercher. C’est ce qu’ont en commun ces images d’appartement, de voiture, d’enfant ou de souris piégée. Des bribes de voyages. Pas de lieux fameux ou monumentaux. Que du précaire, en somme.

Refaire surface c’est comme revoir la géographie primitive qui m’a fait dériver de la peinture vers la photographie architecturale durant quelques années. Refaire des tableaux. Quelques autres mappings inachevés conjuguant ordre et désordre,  rassemblés par un intitulé qui implique un retour d’en dessous, tel un sous-marin émergeant après une approche au périscope. Mais ici on voit d’en haut. C’est le regard de personne, sinon celui de Dieu.  Nous sommes observateurs sans y être encore. À quelques mètres de là, tout juste avant d’atterrir. 

A. P.

L’artiste tient à remercier Contact Image, le Conseil des Arts du Canada et le Conseil des arts et des lettres du Québec.

Galerie
  • ALAIN PAIEMENT
REFAIRE SURFACE

EXPOSITION /
10 MAI AU 17 JUIN 2001