• English
  • Français
  • MICHEL ARCHAMBAULT | SCULPTURES ET IMAGES
    MICHEL ARCHAMBAULT | SCULPTURES ET IMAGES
 

Le récent travail de Michel Archambault est fondé sur l'interaction entre les médiums, les références et les matériaux. Les questionnements sans cesse renouvelés, jamais achevés, sont portés par la dimension sensible des objets. Comme le souligne l'artiste, « il s'agit de créer des déclics, de générer des sensibilités, d'échapper au rationnel ». 

Les éléments sculpturaux autour desquels gravitent les images de revue retouchées au dessin font foi de cette pratique interrogeant le propre des rapprochements hétéroclites. Entre la forme épurée d'un module de jeu d'arcade, à l'esthétique graphique, et les sculptures de bois brûlées disposées à proximité, apparaît un contraste dont la limite incertaine participe d'une dualité renforcée. À cela, viennent s'ajouter les jeux de pleins et de vides qui, dans l'espace contigu de la salle, engagent une densification de l'espace. L'ajout des éléments 2D, s'il surenchérit l'hétérogénéité des sculptures, met en relief le mixage d'éléments culturels par lequel l'artiste filtre les signes et images qui renvoient à notre identité collective.

L'ensemble fonctionne comme un tout, mais opère sur le mode du hasard. À l'encontre d'une approche logique et calculée, ce projet réaffirme la dimension aléatoire centrale au travail de Michel Archambault, dimension d'autant plus essentielle qu'elle vise à créer des rapports de lecture singuliers, voire inopinés. À la manière d'un petit musée, regroupant au sein d'une même salle les collections les plus variées, le projetSculptures et Images s'éloigne de l'idée de l'installation achevée, du résultat cohérent et ordonné.

Aseman Sabet

Les récentes sculptures de Michel Archambault questionnent une forme de statuaire, elle sont axées sur un travail du volume et de la couleur, développant un langage sculpturale où l'abstraction se morphe dans une condition figurative. L'acceptation d'une esthétique résultant du fait-main, des contraintes et impératifs de fabrication viennent rompre avec la perfection du beau. Pour CLARK, il compte présenter un nouveau corpus de sculptures qui se définira comme un espace de recomposition, une esquisse dans un lieu tentant d'élargir ainsi le contexte d'exposition.

Salle 2
  • MICHEL ARCHAMBAULT
SCULPTURES ET IMAGES

EXPOSITION /
14 OCTOBRE AU 20 NOVEMBRE, 2010