• English
  • Français
 

Ce printemps, le centre CLARK vous convie à une série de conférences basées sur un croisement des savoirs entre des acteurs du champ artistique actuel et des penseurs d’autres domaines.

Samedi 7 mai à 17h00 /
Dominique REY, qui présente dans la salle 2 de la galerie des photographies et un vidéo regroupés sous le titre Selling Venus/Vénus au miroir, rencontre Valérie BOUCHER de l’organisme montréalais STELLA.

Photographe, vidéaste et peintre, Dominique Rey a obtenu un baccalauréat en arts visuels en 1999 de l’université du Manitoba. Elle poursuit actuellement sa maîtrise en beaux-arts au Bard College à New York. Ses œuvres ont été présentées lors d’expositions solos dont The Bathers à Gallery One One One à Winnipeg et Au délà de l’image – L’être et l’autre, au Centre culturel franco-manitobain à Winnipeg en 2002.

Les photographies présentées à CLARK sont tirées d’une importante série, Selling Venus/Vénus au miroir, réalisée par l’artiste dans un club de strip-tease de la Caroline du Sud. Elle y a photographié des danseuses érotiques dans l’intimité de leur loge au moment où, seules avec elles-mêmes, elles se préparent au jeu de séduction qui les attend sur scène, alors qu’elles se donneront au regard désirant de l’autre.

STELLA a pour mission la défense autogérée des droits des travailleuses du sexe. L’organisme offre de l’information, du soutien, des services et du matériel aux femmes œuvrant dans l’industrie du sexe afin qu’elles puissent travailler en sécurité et dans la dignité. Valérie BOUCHER coordonne présentement le Forum XXX, un événement qui aura lieu à Montréal en mai 2005, et qui rassemblera 250 travailleuses et travailleurs du sexe en provenance des cinq continents. En plus de poser un regard unique sur la production de Dominique REY, elle présentera la place de l’art chez STELLA ainsi que la revue Constellation, qui permet aux travailleuses du sexe de prendre parole par des textes, des bandes dessinées, des illustrations et des entrevues.

Mardi 17 mai à 19h00 /
Marcin SOBIESZCZANSKI, philosophe

De nos jours, les recherches en esthétique cognitiviste tentent de lier l’esthétique aux fonctions cérébrales et perceptives génériques. Dans ce sens, en suivant la définition fondatrice de l’esthétique d’Alexandre Gottlieb Baumgarten, selon laquelle l’art est la connaissance sensible (en allemand : sinnliche Erkenntnis), SOBIESZCZANSKI essaie de rapprocher l’art des recherches en sensorialité naturelle et artificielle (et notamment, en vision artificielle). Selon lui, le temps est venu pour l’esthétique de faire sienne la formule de L’Œil et l’Esprit de Merleau-Ponty : « il faut prendre à la lettre ce que nous enseigne la vision ».

Après des études en linguistique à Lodz (Pologne) et à Paris 7, Marcin SOBlESZCZANSKl a présenté un DEA en épistémologie des modèles à l’EHESS de Paris. En 1990, il a co-fondé l’association Æsthetica-Nova dont il dirige la revue. En 1999, il soutenait une thèse en art, sciences et technologies des arts, à Paris 8. Il a enseigné à l’Université Catholique de l’Ouest à Angers, à l’Université de Rouen, au Doctorat en études et pratique des arts à l’Université de Québec à Montréal, à l’Université de Sorbonne Nouvelle Paris 3. Il travaille actuellement au Département Art, Communication et Langage à l’Université de Nice Sophia-Antipolis.

Samedi 4 juin à 19h00 /
Manuela LALIC, qui présente dans la salle 1 de la galerie l’installation Rationaliser une fin de party, rencontre Monique LÉVESQUE psychanalyste.

Dans cette nouvelle installation présentée chez CLARK, deux imaginaires contradictoires interagissent : celui de la vie organisée, rationnelle, compartimentée et réglée ; celui de la vie chaotique, imprévisible, capricieuse et démesurée. Manuela LALIC est originaire de France.

Depuis 1997, elle vit et travaille à Montréal. Elle possède à son actif de nombreuses expositions individuelles et collectives (Québec, Canada, France, Allemagne, Belgique et Liban). Pour l’année 2005, elle prépare notamment deux expositions collectives (Galerie Saw d’Ottawa et Galerie G-39 en Angleterre). Elle a été récipiendaire de la bourse Duchamp-Villon en 2002.

Monique LÉVESQUE est psychologue et psychanalyste affiliée aux Séminaires Psychanalytiques de Paris. Elle a participé à de nombreux colloques dont Là où ça est, doit advenir le Je, présenté à l’UQAM en février 2000. Dans le domaine des arts, en 1999, elle est intervenue lors des séminaires intitulés Pulsion, Répétition et Réel, organisés par le Centre des arts actuels SKOL, et en 2002, elle a collaboré à la table ronde portant sur le thème du virus à la galerie B-312.

Galerie
  • Croisements des savoirs
série de conférences

Dominique Rey et Valérie Boucher /
samedi 7 mai à 17h00

Marcin Sobieszczanski /
mardi 17 mai à 19h00

Manuela Lalic et Monique Lévesque /
samedi 4 juin à 19h00