• English
  • Français
 

Trop conscient du pouvoir qui repose en chaque image pour être vraiment iconoclaste, Dinh Quang Trung leur fait néanmoins subir un traitement qui ne se réserve qu’à une sorte d’ennemi. Il faut tout de suite nuancer le rapport tout de même subversif qu’entretient l’artiste avec celles-ci. S’il est question de se servir d’images d’usage domestique, souvent triviales et parfois même pornographiques, c’est dans la mesure où tantôt elles seront présentées sans aucun détournement ou tantôt le travail pictural les rendra absolument méconnaissables. Cette dualité qui se pose comme une sorte de duel, invente pour certains tableaux un verso à leur recto, une simultanéité de la face cachée et de celle donnée à voir, comme de l’image enfouie dans les vestiges de sa trace qui est le tracé du peintre. Il en va de même des travaux pour lesquels Dinh explore ce qu’il convient d’appeler l’espace. Ces objets qui ne sont pas à proprement parler des sculptures, mais des objets de peinture doivent davantage à l’idée de surface qu’a celle de volume. Ils sont ouverts et constitués uniquement de matière à peindre. Ils sont peut-être encore un tableau dont tous les bords se rejoindraient. Épousant les objets sans l’intermédiaire d’un moule (des caissons pour boites de lait formant par la suite un punching-bag ou même la surface d’un pneu de voiture présenté sous la forme d’une volute suspendue), ces dermes de peinture témoignent de plus d’une urgence dont ferait preuve l’artiste. Peintre qui oublie volontiers les bonnes manières, le convenu, mais qui laisse la part bonne à une manière de peindre qui pourrait s’appeler libre.

Texte : Patrice Duhamel

 

Dinh Quang Trung détient un diplôme en arts plastiques de l’UQAM. ll a complété sa formation à Marseille en 1991. Il prend part depuis 1987 à de nombreuses expositions au nombre desquelles, deux expositions solos à la Galerie Riverin Arlogo ainsi qu’un passage à la Galerie Clark en 1993. Ses œuvres figurent en outre dans de nombreuses collections au Canada et à l’étranger.

Salle 2
  • DINH QUANG TRUNG
SON, PEINTURE ET SCULPTURE

EXPOSITION /
7 JANVIER AU 7 FÉVRIER 1999