• English
  • Français
 

S’il nous était donné de réfléchir a ce qui se donne pour visible, alors que doucement, lentement s’inclinent, se rabattent puis déclinent les lumières de la ville (celles d’un cosmos urbain couché sur un plan vitré), s’éclipsant l’une ou l’autre dès que notre attention les localise, les détache et en morcèle la pluralité, nous aurions l’intuition de ce qui, du travail artistique de Maria José Sheriff, se donne comme vidéographique. Nous saisirions que s’en dégage une quête sensible cherchant à produire l’image d’une transformation des objets et des lieux dans le temps en vertu de phénomènes naturels. Contre cette exploration de la planéité régie par l’œil de la sculpteure, l’artiste appose une réflexion proprement sculpturale qui procède de préoccupations similaires et qui occupe l’autre portion de l’espace. Deux prismes rectangulaires en bois portent la trace de la pression. Deux prismes rectangulaires en bois suggèrent la pression à laquelle ils auraient été soumis. On peut considérer ces volumes, appelés « les Jumeaux », comme deux états temporels d’un même objet ou comme deux Formations parentes. Ils rejoignent leur double vidéographique dans une envoutante évocation d’espace et de temps. 

Patrice Duhamel

Maria José Sheriff est née à La Paz, Bolivie. Elle a reçu de l’Université Concordia son baccalauréat en arts visuels en 1992. On lui connait un bon nombre d’expositions collectives et individuelles à la Galerie Plein sud et à la Galerie Occurrence entre autres. Elle investit plusieurs champs d’activité (sculpture, vidéo, performance) dont certains – un film en cours de réalisation – font l’objet d’une collaboration.

Salle 2
  • MARIA SHERIFF
SYNCHRONE

EXPOSITION /
3 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE 1998