• English
  • Français
 

Il y a dans l’œuvre de Yan Giguère un principe de discontinuité, de digression hautement intriguant. Cela s’effectue d’abord à la prise de vue par des procédés techniques parfois triviaux qui font usage de caméra jetables, de vieux appareils Polaroïd ou par contraste, d’appareils professionnels. À cela répond dans l’espace, un agencement profus mêlant des formats de photographies dépareillés et des densités de tons, des nuances de coloris et de textures absolument hétérogènes. Le propos tenant ici lieu d’enjeu est au même titre formé d’errance et de fragmentation. Il s’agit du processus même de la création artistique que l’artiste scrute et recueille au hasard de ses incursions discrètes et indiscrètes dans les espaces d’ateliers et même ceux de la galerie du Centre Clark. Certes le travail de Giguère apparaît dans un premier temps comme celui d’un collectionneur, mais on aurait tort de n’y voir qu’une activité documentaire. Cette collection aurait ici plutôt trait à une sorte de dérive où peut s’immiscer la fonction de fabulation inhérente à chaque objet trouvé. Il s’agirait d’un univers où prédomine le flottement. Celui du sens intrinsèque d’abord qui, retravaillé certainement et mis en perspective demeure souverainement fuyant, mais aussi celui de l’agencement formel qui donne à penser aux Notes de chevet de Sei Shônagon et à l’absolue liberté dans sa manière de créer des catégories: choses que l’on ne peut comparer, choses dont on néglige souvent la fin, choses qui ne font que passer…

Texte de Patrice Duhamel

Yan Giguère a fait des études en photographie à l’Université Concordia. Il a montré ses œuvres lors d’une exposition solo à la galerie Clark en 1995 et dans le cadre de nombreuses expositions de groupe dont Artifice en 1996, Ode au quotidien à la galerie Vox en 1997 et Antidote: la légèreté à l’œuvre à la galerie Plein-Sud en 1998.

L’artiste souhaite remercier le Conseil des arts et lettres du Québec, le Centre d’art et de diffusion Clark, ses membres et employés, Marie-Claude Bouthillier ainsi que L’Atelier d’estampe Sagamie pour leur appui.
Salle 1
  • Yan Giguère
TRAVAIL EN COURS

EXPOSITION /
26 AOÛT AU 26 SEPTEMBRE 1999