• English
  • Français
  • Luc Paradis
    Luc Paradis
 

Le fait de savoir que Luc Paradis est un artiste et musicien dont la pratique englobe la peinture, la sculpture, la mode et le design peut être utile à la lecture de son œuvre. Son intérêt pour la mise en scène, cet espace provocateur entre l’installation artistique et la performance, se manifeste dans la variété de supports et d’esthétiques qu’il choisit et dans le soin avec lequel ils sont disposés dans la galerie. Poursuivant des thèmes abordés dans ses expositions antérieures, comme Simultaneous Displays, à Parisian Laundry, Paradis continue d’explorer la notion de mise en scène et de considérer l’exposition comme une scène — un espace où les objets peuvent interagir entre eux et avec le public.

En entrant dans la galerie, nous faisons face à deux grandes photos en noir et blanc sur le mur du fond qui, ensemble, représentent une scène presque vide avant ou après une performance. Un drapé sert de fond à des accessoires posés çà et là. Une sculpture se dresse devant les photos : un fuseau en céramique noire fait à la main. Au centre de l’espace, monté sur des pôles, un tableau double-face en noir et blanc représentant un motif abstrait; un côté est le négatif de l’autre. Autour de cette composition se trouvent trois tableaux de silhouettes abstraites dont la répétition et la forme émettent une énergie explicite, un rythme, une sexualité qui rappellent les formes des découpages de Matisse, les compositions de Wilfredo Lam ou certaines œuvres tardives de Picasso. À première vue, il est facile d’imaginer que ces formes sont des acteurs avant ou après une prestation sur scène, pris (sur le vif) dans un moment que nous sommes privilégiés de voir Toutefois, en regardant de plus près, cette scène semble se glisser dans le réel. L’objet en céramique semble faire partie intégrale de l’image et le motif abstrait du tableau double-face pourrait être une référence au fond de la scène dans la photo.

Dans son essai The Im/pulse to See, Rosalind Krauss établit un lien entre la spirale rotative de Duchamp, Optique de précision, et les nombreuses études préparatoires de Picasso pour Le déjeuner sur l’herbe d’après Manet en traitant d’une « question de rythme, ou de tempo, ou de pulsation — une sorte de marche/arrêt marche/arrêt marche/arrêt — qui agit à l’encontre de la stabilité d’un espace, mais alors il y a un moment entre ce marche/arrêt qui existe entre l’actif et le passif1 ». Dans cette exposition, Paradis crée un entre-deux semblable, où nous pourrions nous demander si nous sommes le public passif ou les participants actifs d’une performance. Alors que nous traversons soudainement la scène, en regardant à gauche et à droite, en se déplaçant de l’avant à l’arrière, les figures des tableaux semblent nous observer à partir des coulisses.


- Grier Edmundson (traduit par Simon M. Benedict)


1. Rosalind KRAUSS, « The Im/pulse to see », dans Hal Foster (dir.), Vision and Visuality, New York, The New Press, 1988, p.51.


Luc Paradis est un artiste résidant actuellement à Montréal et dont la pratique pluridisciplinaire inclut la peinture, la sculpture, le dessin, le collage et la musique. Il a présenté des expositions individuelles à l’Œil de Poisson (Québec) et à Parisian Laundry (Montréal), qui le représente. Il a collaboré avec des musiciens partout en Amérique du Nord afin de produire des œuvres pour leurs divers projets. Il a été artiste en résidence au Centre international des Récollets (Paris) en 2015. Paradis fut l’un des participants du 27e Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul et a été invité à participer à l’encan prestigieux de la Canadian Art Foundation en 2013. Ses œuvres figurent dans diverses collections privées ainsi que dans la collection publique Prêt d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec.


L'artiste aimerait remercier le Centre CLARK, l'Atelier CLARK, Martin Schop, Marc Laperrière, Emily Deimert, Jeremiah Bullied, Josiane Issa, Antonija Livingstone, Grier Edmundson et tous ses amis dans ce monde fou. 

Salle 2
  • Luc Paradis
You roll the dice, I’ll play the game

EXPOSITION /
17 MAI AU 22 JUIN 2019

VERNISSAGE /
VENDREDI 17 MAI, 20H

PRÉSENTATION D'ARTISTE /
SAMEDI 18 MAI, 15H