TROP DE FUN, PAS ASSEZ D'CASH / 2021

CAMPAGNE DE FINANCEMENT ANNUELLE /
AUTOMNE 2021

Vous êtes à quelques clics de poser un geste extrêmement généreux. Nous vous en remercions d'avance.

TROP DE FUN, PAS ASSEZ D'CASH est notre façon de vous présenter l'esprit de CLARK à travers des anecdotes réels. Nous sommes passionnés par notre travail de diffuseur culturel, une passion que nous partageons avec vous à chaque vernissage, chaque événement, chaque présentation d'artiste.

Votre don est une manifestation de cette passion partagée. 

Il n'y a pas de petit don!
Choisissez le montant que vous voulez donner. Vous pouvez inscrire une autre montant dans le champ prévu à cet effet. Toutes les contributions — aussi menues soient elles — sont significatives!

 

 


Après plus de 20 mois de pandémie, la vie n’a pas encore repris son cours normal, mais l’équipe de CLARK prend le temps de se rappeler des moments où on a eu TROP DE FUN, PAS ASSEZ D’CASH.

Après une année de pandémie, on voit bien qu’on n’est toujours pas sortis du bois. À CLARK, on s’ennuie des soirées arrosées et des bons moments passés ensemble qu’on a trop hâte de revivre avec vous. Mais d’ici là, on se dit qu’encore une fois, on est chanceux d’avoir TROP DE FUN, (même si on a) PAS ASSEZ D’CASH.

Toutes les trois semaines, et ce, jusqu’au 15 décembre, CLARK vous raconte une histoire. Ces anecdotes nous rappellent des moments cocasses passés ensemble, au cœur de notre mission tournée vers les artistes et la communauté que nous desservons.

CONTRIBUEZ À L’HISTOIRE DE CLARK, FAITES UN DON !


HISTOIRE #1

Comme la fois où Paul Litherland a confectionné des sculptures en beurre.

C’était en 1997, dans le cadre de sa première exposition comme nouveau membre de CLARK. Nouvelle aussi, était sa relation avec l’artiste Karen Trask. Paul avait prévu sculpter neuf répliques d’immeubles montréalais en beurre. Elle a offert son aide, mais ses mains chaudes ont rapidement fait fondre le gras. Paul a terminé les sculptures seul avec ses mains glacées.

Comme on dit, les contraires s’attirent!
Psst : Ils sont encore ensemble 😉


HISTOIRE #2

Comme la fois où un magicien est venu nous jouer un tour !

Les circonstances restent encore nébuleuses. Quelqu’un nous a raconté qu’un soir de décembre en 2002, un magicien a fait apparaître une carte à jouer (le deux de carreaux) sur le plafond de la grande salle de CLARK. Elle était bien incrustée dans une craque de béton et y est restée pendant plusieurs années. C’est seulement durant les rénovations de 2013 qu’on s’est rendu compte qu’elle avait mystérieusement disparu.

À ce jour, personne n’a résolu l’énigme de son apparition/disparition.


HISTOIRE #3

Comme la fois où Corine a porté des vêtements de protection tout droit sortis des objets perdus pour percer dans le plafond en béton.

Tout a commencé quand Corine devait installer un panneau circulaire de 140 livres suspendu au plafond de béton pour l’exposition de septembre dernier. Qui dit béton, dit perceuse à ciment, dit poussière et extrême saleté ! Forcée de trouver des vêtements protecteurs, Corine s'est tournée vers nulle part ailleurs que les objets perdus à CLARK. Son look final : un magnifique t-shirt promotionnel de bière Tremblay, un sexy foulard avec des têtes de mort et un masque bleu jetable. Un look d’une grande beauté, SUPER sécuritaire !

Comme on dit, Corine for the win!