Display, melon, 2018. Cire microcristalline, impressions numériques et crochet de métal, 38 cm x 21 cm.

Display, melon, 2018. Cire microcristalline, impressions numériques et crochet de métal, 38 cm x 21 cm.

Marjolaine Bourdua

La pratique artistique de Marjolaine Bourdua portent sur des formes génériques ou dépouillées à travers lesquelles l’on peut percevoir une banalité ou encore la récupération distordue d’une certaine culture de masse. Elle a souvent utilisé le motif de la scène et du cadre pour réfléchir au concept du vide et à la dimension parfois illusoire du monde dans lequel nous évoluons. Elle réfléchit également à la notion de surface à laquelle elle s’intéresse d’un point de vue tant formel et matériel que conceptuel. Plus récemment, son travail s’est tourné vers la place de l’objet et son caractère de marchandise. Dans un exercice « futuro-archéologique », elle aime imaginer quels seront les objets et les signes que notre âge retiendra comme la trace de notre civilisation. Ceci l’amène à travailler à partir d’objets et d’images trouvés qu’elle agence et transforme en jouant avec leur re-mise en circulation et leur filiation avec la sphère corporative. En un mot, elle cherche à créer par ses œuvres, des espaces poreux à la fois imaginaires et réels puisqu’occupés par ces restes transfigurés de notre monde matériel.

Marjolaine Bourdua est une artiste et travailleuse culturelle basée à Montréal. Elle détient un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’UQAM ainsi qu’un diplôme d’études supérieures de la Villa Arson à Nice. Elle a présenté son travail au Québec, en France et en Allemagne sous formes d’expositions, de commissariat et d’interventions sonores. Mentionnons entre autres, le centre d’art Optica, le MAC LAU (Musée d’art contemporain des Laurentides), la Maison des arts de Laval et la galerie Frédéric Giroux à Paris. Elle est aussi impliquée en tant que membre du Centre CLARK depuis 2011.

Anciens membres